La vision libre du sujet et de l'objet par José Le Roy

L'attention à notre vraie nature, à la vacuité n'est pas une tension. Ce n'est pas une concentration, un effort de l"ego; c'est plutôt une détente dans l'espace.

Voici un extrait de mon livre "S'éveiller à la vacuité" où j'essaye d'en rendre compte  :

 

"La vision libre du sujet et de l'objet

 

Pour s'éveiller à la connaissance de soi, il faut en effet opérer un certain geste intérieur qui est tout simplement un désintéressement du monde. Ce désintéressement, je l'entends au sens kantien du terme, c'est-à-dire comme une sortie de l'emprise du moi sur la perception. Il faut libérer le regard du couple sujet/objet pour apprendre à nouveau à voir le monde et les objets sans projeter sur eux des désirs, des attentes, des peurs, des concepts.

Il faut que la conscience se débarrasse de ces couches conceptuelles et affectives comme on enlève de la buée sur des lunettes pour qu'elle puisse enfin être attentive à l'acte même d'être attentif, à l'expérience d'être conscient. Il s'agit de voir la vision, d'écouter l'écoute, ou mieux d'être la vision, d'être l'écoute et non plus un individu qui voit ou qui écoute. Maharaj parle de cette vision :

« Quand un objet est vu comme un objet, cela présup­pose un sujet différent de l'objet. Dans la perception d'un être libéré, il n'y a ni sujet qui voit, ni objet qui est vu ; il n'y a que la "vision", le voir. En d'autres termes, la perception d'un être libéré est antérieure à toute interpréta­tion des facultés sensorielles. (...) En bref, la vision de l'être libéré est vision totale, ou vision intégrée, ou vision intuitive, vision exempte de tout caractère objectif – et cela, c'est être libre de l'attachement. C'est cela que signifie ma phrase : "Je vois, mais je ne vois pas." »

Ce geste de la conscience, qui vide la perception du sujet et de l'objet, permet de retrouver ce regard neuf qui n'est pas un « regard prédateur » toujours prêt à saisir le réel dans les filets des concepts et des émotions indivi­duelles. La perception est enfin libre de toutes interpréta­tions subjectives et égotiques, sans but, sans intention.

Dans ce regard, les choses n'existent plus au service de l'ego mais sont présentes gratuitement; elles vivent uni­quement pour elles-mêmes. Ainsi par exemple, la rue n'est plus simplement vécue comme « une rue que je dois traverser pour aller à mon travail », rue que rien ne dis­tingue des milliers d'autres déjà empruntées et des mil­liers de rues à traverser encore dans le futur. La rue est, dans ce regard, non plus distraitement regardée à partir des soucis de la forme-mentale égotique, mais enfin vue dans la transparence de la Vision, à partir de la conscience vide, nue, sans but et sans pourquoi. La rue apparaît comme le surgissement d'un être singulier, comme un événement unique explosant dans des formes, des couleurs, des mouvements comme La Rue. Stephen Jourdain décrit magnifiquement ce regard :

« Ça ne vous est jamais arrivé, de vous promener dans une rue, et puis tout à coup, ce n'est plus dans une rue que vous êtes, c'est dans  La Rue, tout vous arrive précédé de l'article défini, et se met comme à briller, et un extra-ordinaire bonheur fondant et bourdonnant est là, avec l'impression qu'il y a des siècles que vous vivez cette seconde, qui durera toujours? »

Apprendre à vivre cette attention globale, c'est libérer le regard de toute volonté de propriété, de tout désir, de tout souci, de tout besoin; c'est vider le regard de l'indi­vidu pour que la Vision magique puisse apparaître comme un lever de soleil. L'attention désintéressée est une percée dans un monde nouveau et frais n'apparte­nant à personne, et qui se tient là immobile, gratuite, donné, comme la simple présence de l'Être. Il faut accep­ter de mourir en tant que spectateur individuel pour retrouver un spectacle dépourvu de spectateur. Le regard doit se vider; il doit se creuser pour révéler son absolue vacuité, sa totale liberté, son infinie impersonnalité. Personne ne regarde le monde et le monde n'est pas regardé ; il n'y a plus de voyant et de vu, plus de sujet et plus d'objet mais juste une vision, juste un étonnement, juste un silence et une allégresse.
Les meilleurs artistes, d'ailleurs, connaissent cette Vision qui est la source de leur art où ils puisent la vérité et la beauté de leur inspiration. Giacometti par exemple écrit :

« Ce jour-là, je me souviens très exactement, en sor­tant boulevard Montparnasse, d'avoir regardé le boule­vard comme je ne l'avais jamais vu. Tout était autre, et la profondeur et les objets, et les couleurs, et le silence (...). Tout me semblait autre et tout à fait nouveau (...). C'était, si vous voulez, une espèce d'émerveillement continuel de n'importe quoi. (...) Ce jour-là la réalité s'est revalorisée pour moi, du tout au tout : elle devenait l'inconnu, mais en même temps un inconnu merveilleux. »


Il est impossible, pour celui qui n'expérimente pas ce regard, de comprendre ou d'imaginer ce dont il est ques­tion ici à savoir que le regard peut être vide de tout sujet; car le moi pense, qu'avec ce regard, il verra, lui, le moi, les choses différemment alors qu'en réalité le moi va disparaître dans la Vision où le spectacle se donnera sans spectateur. Voici un autre témoignage contemporain d'une telle révélation :

« Un dimanche d'automne à la campagne. Quelques amis sont venus passer le week-end et, le repas terminé, certains se préparent à faire une promenade dans le bois, d'autres à passer l'après-midi à bavarder devant le feu de cheminée. Je suis dans la cuisine pour effectuer quelques rangements avant de les rejoindre lorsque, soudain, je prends conscience que quelque chose est changé, différent. Tout est net, clair, limpide, immédiat, comme si un voile avait été enlevé, comme si une vitre avait disparu. Je n'ai plus l'impression de regar­der autour de moi, le centre du regard a disparu, "je" ne suis plus dans le regard.
Les autres, le monde qui m'entoure, le personnage que je suis participent d'une même vie, d'une même substance, sans séparation, sans rupture, dans un même mou­vement fluide et harmonieux. Les gestes coutumiers se déroulent d'eux-mêmes, simples, faciles, portés par un silence intérieur intensément présent. Silence-amour infini qui émane de sa propre Nature, irradie de lui-même et de toute chose.
L'apparence du monde n'a pas changé, mais le monde vit autrement, habité par ce silence et cet amour qui sont le coeur de toute chose et de toute vie. Le personnage (que je suis) n'a pas changé, mais "je" n'est plus dans le personnage, remplacé par ce silence et cet amour infini qui rayonne et chante à l'infini. »
(Marigal)

Ce récit de la révélation du regard montre très bien que « le centre du regard a disparu », que « je ne suis plus dans le regard ». C'est en effet exactement la structure réelle de l'attention éveillée qui n'est l'attention de personne mais attention pure, Conscience impersonnelle, Vacuité immense, Espace transparent.


Cette Vision dégage la perception de tout concept. Certes le concept ne disparaît pas, mais il passe à l'ar­rière-plan de la perception, libérant du même coup les sensations. L'impression est tout à fait semblable, comme nous l'avons dit plus haut, à celle de l'enlèvement d'un voile gris et sale de devant le regard. Le Regard du Soi est un Regard sans préhension car dépourvu d'observateur. L'attention devient sans but, sans volonté de saisir quoi que ce soit d'autre qu'elle-même. Cette attention de la Vision à elle-même est plus un laisser-être qu'un faire. Il n'y a pas à créer cette Vision ; il suffit de constater qu'elle est déjà là, précédant toujours toute conscience de l'ego. D'une certaine façon il s'agit donc de retrouver une inno­cence non conceptuelle. Alors le monde et le Vide s'unissent dans une Vision d'une incroyable et saisissante beauté.
Cette attention que j'ai appelée désintéressée, c'est-à-dire libre de l'emprise du sujet et de l'objet, est en même temps et paradoxalement l'occasion d'un intérêt nouveau et intense pour le monde et les objets qui apparaissent avec un éclat et une précision bouleversants.
Le regard sans spectateur est la clef qui ouvre cet Espace vide où l'intérieur et l'extérieur s'épousent dans une noce d'allégresse. Il faut apprendre à « regarder sans regarder » pour que cette Vision dévoile le vrai moi, le noumène au delà des phénomènes. L'attention demande donc un apprentissage ; elle accompagne le cheminement intellectuel vers le vrai de soi-même.


L'attention doit donc savoir s'abandonner à l'instant présent, mais, en même temps, elle doit rester alerte, éveillée, vive, curieuse de l'Être qui se donne à elle. L'attention est une invitation à jouir de l'Être, des formes, des couleurs, des sons, des odeurs, du mouvement mais sans saisie conceptuelle." 

Extraits du livre de José Le Roy, S'éveiller à la vacuité

© 2018 par José Le Roy

  • Facebook Social Icon